Toyota présente un nouveau moteur 1.5 L pour la Yaris

Posted on 24. Jan, 2017 by in Actualité, Toyota

Pour la Yaris restylé, les ingénieurs japonais ont développé un moteur atmosphérique de 1 496 cm3 développant 111 ch et un couple de 136 Nm à 4 400 tr/min, dont 118 Nm disponibles dès 2 000 tr/min. Par rapport au bloc 1,3 litre précédent, cette amélioration se traduit par un gain de 0,8 seconde à l’accélération de 0 à 100 km/h (11,0 s contre 11,8 s) et surtout par un gain de plus d’une seconde en reprise sur le 5ème rapport de 80 à 120 km/h (17,6 s contre 18,8 s).

1.5 engine Toyota

Toyota 1.5 engine

Pour répondre aux exigences de la future norme Euro 6c et du nouveau cycle d’homologation en conditions réelles RDE (Real Driving Emissions), Toyota a profité des connaissances acquises avec les véhicules hybrides. Appliquées à ce nouveau moteur, elles se traduisent par un rendement thermique de 38,5 %, parmi les meilleurs actuels. Ce chiffre s’explique par l’adoption d’un rapport volumétrique élevé de 13,5, d’un système EGR (recirculation des gaz d’échappement) et par l’extension de la distribution variable, qui autorise la permutation entre cycles Otto et Atkinson.

Ce fort taux de compression a été obtenu grâce à une chambre de combustion redessinée et à l’emploi de nouveaux pistons, qui favorisent l’homogénéité du mélange air-essence et la vitesse de combustion. De plus, en abaissant la température de combustion, les gaz refroidis retardent l’apparition du cliquetis. Le volume de gaz inertes réinjectés permet aussi de réduire les pertes par pompage sous charge faible ou moyenne, au bénéfice du rendement. Enfin, l’adoption d’un nouveau système de calage variable des soupapes dit VVT-iE (Variable Valve Timing intelligent system Electric Motor ) permet de passer en une fraction de seconde du cycle Otto au cycle Atkinson et vice versa. Géré par électronique, le déphasage de l’arbre à cames d’admission retarde la fermeture des soupapes au-delà du point mort bas, de manière à réduire la phase de compression pour mieux réduire les pertes par pompage (en cycle Atkinson), ou avance l’ouverture afin d’améliorer les performances sous forte charge. Côté échappement, le déphasage de l’arbre à cames est géré par un dispositif hydraulique.

Les ingénieurs se sont aussi appliqués à réduire la consommation et les émissions à vitesse soutenue sur voie rapide. Pour ce faire, le nouveau moteur a reçu un collecteur d’échappement refroidi par eau. En limitant la température des gaz, il dispense d’enrichir le mélange – une mesure nécessaire pour abaisser la température de combustion à pleine charge – et diminue par conséquent la consommation et les émissions.ris

Tags: , , , , , , , , , ,

Leave a reply

UA-15078247-1