Acheter sa voiture d’occasion en Allemagne, un bon plan ?

Le commerce automobile allemand est le plus vaste d’Europe. Les parcs sont inondés de véhicules d’occasion, surtout pour ce qui est des hauts de gamme. Si les voitures allemandes sont autant convoitées, c’est à cause de leur fiabilité, leur puissance et leur grande longévité. Cette offre importante en Allemagne, fait que les autos y sont vendues moins chers qu’en France. Acheter sa voiture d’occasion en Allemagne, un bon plan ?

Les avantages

Pour avoir une réponse à la question qu’on se pose tous, il faudrait déjà avoir une idée des avantages d’un tel achat. Ainsi, on identifie deux gros avantages au moment d’acheter sa voiture d’occasion en Allemagne : les prix inférieurs notamment pour les grosses cylindrées et les formalités administratives simplifiées.

Des prix inférieurs notamment pour les grosses cylindrées

Les allemands adorent les voitures d’occasion et cela se remarque sur leurs parcs. Les véhicules d’occasion haut de gamme y sont vendus à des prix inférieurs, par rapport aux tarifs français en raison du niveau d’offre élevé. Aussi, quelques modèles plus populaires en hexagone qu’en Allemagne sont liquidés à des prix attractifs. Il faut également savoir que même si l’écart au niveau des petits véhicules est insignifiant, la différence est abyssale au niveau des hauts de gamme. En effet, on enregistre un écart de plusieurs milliers d’euros pour certains modèles d’occasion.

Des formalités administratives simplifiées

S’offrir un véhicule d’occasion en Allemagne est très simple de nos jours, surtout lorsque la voiture est européenne. Globalement, les concessionnaires ont la possibilité de fournir l’ensemble des documents d’exportation à savoir : le certificat de conformité européen, le certificat de cession et l’ancienne carte grise. Dès que la voiture se retrouve en France, il faut juste l’obtention d’un quitus fiscal au niveau du trésor public. Ce quitus fiscal doit attester que la voiture n’a aucune faille vis-à-vis de la TVA. Le propriétaire devra ensuite effectuer un contrôle technique à son auto avant d’aller vers la préfecture.

Les inconvénients

acheter sa voiture en allemagneAcheter sa voiture en Allemagne ne comporte pas que des avantages. Certains inconvénients viennent ternir un tel procédé. Parmi ces derniers, ceux qui sont les plus courants sont : la barrière de la langue, les frais annexes, des véhicules souvent plus vieux en réalité et des marchands peu scrupuleux.

La barrière de la langue et des frais annexes

Dialoguer avec un interlocuteur dont on ignore la langue est un grand obstacle. Acheter un véhicule d’occasion en Allemagne exige le minimum de maîtrise de la langue Allemande. Au pire si l’on est incapable de le faire, il vaut mieux solliciter d’assistance.

Les frais annexes, sont ceux qui viennent s’ajouter au prix de base de la voiture d’occasion achetée en Allemagne. L’un de ces frais concerne le certificat de conformité qui pourrait coûter des centaines d’euros. Ensuite, peuvent aussi s’ajouter des frais comme l’immatriculation provisoire, le contrôle technique, la nouvelle carte grise et l’écotaxe.

Des véhicules souvent plus vieux en réalité et des marchands peu scrupuleux

Ce n’est rien de nouveau, bon nombre d’autos de gamme supérieure sont artificiellement rajeunies grâce à une réduction du kilométrage qu’affiche le compteur. Pour cette raison, il est nécessaire de jeter un coup d’œil sur l’historique complet avant l’achat de son véhicule d’occasion en Allemagne. Il faut vraiment de la vigilance. Même une marge de 100.000 kilomètres est parfois imperceptible.

Que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la frontière, on n’est jamais à l’abri des marchands peu scrupuleux. Il faut donc redoubler d’attention. Les voitures peuvent être hors d’usage après achat à cause de certains vices camouflés par les marchands.

En somme, acheter une voiture d’occasion en Allemagne est un bon plan à condition de prendre quelques précautions. Il faut pouvoir anticiper les obstacles de compréhension posés par la barrière de la langue et privilégier les concessionnaires aux particuliers et aux marchands occasionnels.