Quand le gouvernement s’occupe des affaires de Renault

Posted on 15. Jan, 2010 by in Actualité, Economie, Renault

Mais que se passe t il pour le constructeur automobile Renault ? Il a annoncé qu’il souhaitait délocaliser sa production de sa future Clio, la Clio III, à Bursa, en Turquie. Le gouvernement est tout de suite monté au créneau suite à cette annonce. Rappelez-vous : lors de la crise, le gouvernement français avait accordé un crédit de 6 milliards d’euros en échange Renault s’était engagé à garantir les emplois en France. Est-ce que cet engagement est toujours au gout du jour ?

voiture-argent

D’un coté le gouvernement qui souhaite obtenir des explications de la part de Renault. En tant qu’actionnaire, il veut jouer son rôle. Il ne comprend pas : 150 millions d’euros pour construire la voiture électrique à Flins, 100 millions pour y construire la chaine de batteries pour véhicules électrique… Tous ces investissements pour produire en Turquie au lieu de Flins? Mais si on regarde la situation d’aujourd’hui, on peut s’apercevoir que ce n’était pas maintenant de se réveiller. En effet, plus d’une Clio sur 2, soit 180 000 voitures, est produite à Bura. Alors que Flins n’en produit que 125 000.

voiture-renault-clio3

De l’autre Renault qui explique que Flins va être totalement consacrée à la production de ces voitures électriques, par exemple de Zoé en 2011.

Renault Zoé

Mais, d’autres parties sont à prendre en compte. Tout d’abord, les sous traitants qui ont peur de perdre leur principal client. Ensuite, les syndicats remettent en cause les paroles de Renault. En effet, qui va garantir que la voiture électrique va fonctionner et va connaitre un succès fulgurant ? Son avenir n’est il pas incertain ? N’est ce pas trop risqué comme projet ? Ils aimeraient que la production de la Clio reste à Flins jusqu’à ce que la victoire de la voiture électrique sur le marché automobile soit proclamée. Quant aux salariés, ils pensent que c’est encore une stratégie de Renault pour réduire les coûts et entrainer des négociations sur la flexibilité, l’organisation du travail…

voiture-electrique-pollution

Les vraies questions sont : peut-on lutter contre la délocalisation ? Peut-on lutter contre un pays où la main d’œuvre coute quatre fois moins chère ? Et peut-on arrêter un phénomène qui a commencé bien avant qu’on s’en rende compte ? Au troisième trimestre de 2009, la production des constructeurs automobiles a baissé de 4,4% en France, soit une production de 364 000 voitures, alors qu’elle a augmenté de 5,2% dans le monde pour atteindre 1,2 million de voitures.

Tags: , , , , , ,

2 Comments

peppers

19. Jan, 2010

Toujours le même problème de délocalisation ! Que est-ce qu’il est mal foutu ce système économique. Je trouve ça bien que les constructeurs se mettent à l’électrique mais n’auraient ils pas pu développer ces projets plus tôt ?

Soit dit en passant, très joli site d’actu auto ! Félicitations à vous.

Un collègue de mathieu

Zelia

20. Jan, 2010

Merci pour ton commentaire. Je pense que Mat te reconnaitra.

Effectivement, pour la voiture électrique, les constructeurs automobiles misent tout sur cette nouvelle stratégie. Penses tu que ce soit la meilleure façon de relancer les ventes? Je te conseille de lire le dossier que j’ai écris sur la voiture électrique expliquant toutes les facettes du projet. L’inconvénient est que ces facettes montrent que les constructeurs automobiles ne seront pas les seuls à se réformer, mais qu’ils vont avoir besoin des autres.

Si tu le souhaites tu peux nous suivre sur facebook. Nous avons notre page.

Merci beaucoup,

Peut être à bientôt…

Leave a reply

UA-15078247-1