Rétrospective sur la seule voiture japonnaise, vainqueur des 24h du Mans

Posted on 20. Mai, 2010 by in Description voiture, Histoire, Mazda

En 1991, Mazda s’impose au 24h du Mans, au terme d’une lutte acharnée  avec la Sauber C11 Mercedes d’un certain Michael Schumacher et de la Jaguar XJR-12. Pourtant dominée en performance pure, la Mazda tirera son épingle grâce à une fiabilité sans faille de la mécanique et de l’équipe. C’est ça aussi, la magie de l’endurance.

Mazda 787B

Mazda 787B devant le Musée Automobile de la Sarthe

Pour s’imposer au Mans, Mazda a mis tout son savoir-faire en terme de moteur à piston rotatifs. Cette technologie a été crée par l’allemand Felix Wankel dans les années 30. Mazda, ayant racheté les brevets de fabrication en 1960 à NSU, développe d’abord une voiture de route (Mazda Cosmos Sport 110S), puis engagera cette technologie en compétition. 1991 représente l’aboutissement de plusieurs années de recherches en compétition.

Ce moteur est composé de 4 rotors de 654 cm3 chacun, et développe une puissance de 700ch à 9000 tr/min. Avec une cylindrée totale est de 2,616 L, le rendement au litre est tout simplement ahurissant : 267,58ch. Pour extraire une telle puissance, il est équipé de 3 bougies par rotor pour optimiser la combustion, et de trompettes d’admission variable ayant une course de 175mm, pour accroître la souplesse. Enfin Mazda a fait appel à des alliages spéciaux pour assurée la fiabilité du bloc pendant les 24h de torture. En ce qui concerne la boîte de vitesse, elle est équipé de 5 rapports à crabots.

Le châssis est en fibre de carbone avec le moteur en position centrale arrière. Il est comme toutes voitures de course, un élément porteur du train arrière. Les suspensions avant comme arrières, sont des triangles superposés avec amortisseurs réglables et la géométrie des trains roulants est entièrement personnalisables. Les frein sont en carbone et les pneus sont des Dunlop montés sur des jantes Volk en 18 pouces. Son poids est de 830kg comme le voulait le règlement.

Suite à cette victoire, la FIA bannira la technologie du moteur à pistons rotatifs. Surement la peur des autres constructeurs de voir le rotatif s’imposer dans d’autres disciplines.

En tout cas les puristes retiendront un bruit unique (surtout à pleine charge dans Les Hunaudières) et la victoire du Team français Oreca qui était en charge du programme endurance de Mazda à l’époque.

Tags: , , , , ,

Leave a reply

UA-15078247-1